Visite du domaine des Grands Bois

 

Le mercredi 1 juin 2022, nous sommes reçus par Madame et Monsieur Zeller qui nous accueillent dans leur ferme pour nous présenter leurs vaches en stabulation libre et leur incroyable production de biogaz. Cette année, l'installation a fêté ses 10 ans de production d'électricité verte et de chauffage.

 

A noter que conjoints et enfants sont invités à participer à cette sortie suivie d'un délicieux apéro dinatoire. Les enfants ont adoré la compagnie des animaux, soit les chats, le chien, les vaches, les chèvres et les poules. Madame Zeller a eu la gentillesse de les accompagner dans la ferme pendant que son époux nous guidait, nous les adultes, à travers sa ferme et son usine tout en nous abreuvant de détails techniques et de récits passionnants. Bref, une sortie réussie.

 

 

 

La ferme et ses vaches

 

C'est en 1967 que la famille Zeller a construit une stabulation libre pour les 110 vaches laitières du domaine des Grand Bois qui compte un cheptel de 300 têtes de bovins. C'est l'une des quatre fermes productrices de lait dans le canton de Genève. Les vaches de ce domaine produisent le fameux lait GRTA (Genève-Région-Terre-Avenir) que l'on trouve dans certaines grandes surfaces alimentaires et dans les divers marchés à la ferme.

Les vaches sont donc libres d'aller se faire traire à tout moment selon leurs envies. A chaque passage, la vache est identifiée, brossée et son lait analysé. Le système informatique permet un suivi individuel de chaque bête et de la production d'environ 2'600 litres de lait par jour. Le lait est  est pré-refroidi à 15° au moyen de l'eau courante servant à abreuver les vaches, puis stocké et conservé à une température de 3.5° degrés. En été les vaches laitières restent à la ferme alors que les autres voyagent  en bétaillère jusqu'au "Petit Pommier" sur Salève, près des Pitons, où elles passent l'été à l'alpage.

Pendant que nous traversons les étables à la découverte de la vie des vaches, les enfants disparaissent... évaporés.

 

Le biogaz du mandement

 

Ce projet de production de biogaz est né sous l'impulsion de Monsieur Zeller et de son voisin horticulteur, après 5 ans d'études. Il s'agit d'une installation de méthanisation de déchets organiques, soit des déchets issus de la restauration, du fumier, du lisier et autres déchets agricoles. Ce sont 40 tonnes de matière organique qui sont valorisées quotidiennement dans deux cuves chauffées à 42-48° degrés.

Le méthane produit avec une pureté de 55 à 65 [%] alimente deux génératrices électriques Diesel modifiées pour tourner au méthane. Elles produisent chacune 230 [KW/h] et la dissipation thermique est utilisée pour chauffer les cuves d'un volume total de 1500 [m3]. La production annuelle est de 2.7 [MW]. Le premier moteur MAN-Liebherr installé en 2012 totalise déjà plus 80'000 heures de fonctionnement et il devra être remplacé prochainement.

Détail cocasse, cette installation qui présente un bilan carbone neutre et qui a reçu la "Bourse cantonale du développpement durable" en 2012 doit se battre contre les barrières administratives liées par exemple à l'installation des moteurs diesel  ( bien qu'ils tournent au biogaz ) ou encore au service des douanes qui contrôle la pesée et la nature des matières premières. Bref, beaucoup de législations et de règlements absurdes et contraignants comme nous l'explique Monsieur Zeller avec une bonne dose d'humour.

Chose intéressante, les déchets sont broyés au moyens de "mixers", en fait des hélices fixées sur de longues tiges qui mélangent la soupe qui en résulte. C'est le repas des diverses bactéries qui réalisent plusieurs étapes complexes de dégradation des déchets pour autant qu'elles soient "nourries" comme elles aiment et maintenues avec les conditions de température et de pH idéales. Il y a donc tout un savoir-faire pour élever cette petite faune et obtenir la réaction biologique productrice de biogaz.

 

Les remerciements et l'apéro

 

A la fin de cette visite passionnante, un déluge orageux nous rassemble sous la spacieuse véranda préparée pour l'apéro. Notre Président,  M. Lukas Gisler, remercie chaleureusement le couple Zeller pour son accueil cordial, ainsi que pour la visite très appréciée du domaine des Grands Bois et de son installation de production de Biogaz. Nous enchaînons avec l'apéro qui nous permet de découvrir les excellents vins et produits de la ferme en complément d'autres délicieux amuses-bouche.

Tout cela sous le regard indifférent des chèvres "Paon" du champs voisin. Une espèce de chèvre vouée à la disparition sans l'intervention de la fondation "Prospecierara" et d'agriculteurs engagés comme la famille Zeller. Merci et bravo à eux pour ce qu'ils font.

 

Texte et photos de Christophe Lyner

 

 

L'entretien de son vélo

 

Le jeudi 31 mars 2022, Messieurs Jean-Claude Burri et Laurent Huguenin nous présentent une conférence sur le soins à apporter à son vélo afin de le préserver et de garantir sa sécurité.

 

 

Présentation

 

Au côté d'un modèle récent de vélo électrique de la marque "Specialized", Messieurs Burri et Huguenin nous ont exposé les 10 points de contrôle à vérifier sur nos vélos avant de les chevaucher (presque) sans risque, tout en répondant aux nombreuses questions de l'auditoire. Monsieur Burri partage avec nous son expérience de fondateur d'un commerce de vélos connu et de formateur CFC de mécanique vélo au CFPT à Genève. Monsieur Huguenin, ancien gérant du garage Motosport à Genève s'est lui aussi tourné vers l'enseignement de la mécanique au CFPT.

 

Les 10 points de contrôle du vélo

 

En bref, voici les 10 points de contrôle à effectuer sur votre vélo afin de rouler dans les meilleures condition de sécurité

  1. La pression des Pneus
  2. La transmission
  3. Les freins
  4. La révision de la roue
  5. Le contrôle de jeux
  6. Le danger du vélo électrique
  7. L'éclairage
  8. Le nettoyage
  9. Le kit de dépannage
  10. Le casque et équipement vélo

 

1 La pression des pneus

 

 La pression à respecter est généralement indiquée sur le flanc du pneu, soit

  • 1.5 à 2 bars pour un VTT
  • 3.5 à 5 bars pour un vélo de ville
  • 6 à 8 bars pour un vélo de course ( 11 à 12 bars pour un boyau)

Vérifiez également l'usure du pneu et l'état général ( fissures).

 

 

2 La transmission

 

Vérifier l'usure des dents, de la chaîne et du dérailleur (l'usure de la chaîne se vérifie au moyen d'une jauge). Nettoyer la chaîne au kärcher et lubrifier avec un lubrifiant spécifiques aux vélos le lendemain. Remplacer souvent la chaîne pour économiser le pignon (attention il y a de grosses différence de qualité). Ne pas oublier de lubrifier les gaînes des cables des vitesses et d'en vérifier le fonctionnement.

 

3 Les freins

 

Vérifier l'état des freins ( patins ou plaquettes et disques), des cables ou du système hydraulique (fuites ?) et lubrifier les gaînes. L'épaisseur mini des disques est indiquée sur ceux-ci.Le type d'huile "minérale" ou "Dot" détermine la fréquence des purges à effectuer ( tous les deux ans pour l'huile minérale) et chaque année pour la "Dot".

 

4 La révision de la roue

 

Vérifier l'état et la tension des rayons, la présence de fissures sur la jante, le voilage de la roue et le centrage de la roue sur le cadre et la fourche.

 

5 Le contrôle des jeux

 

 Vérifier le jeu du moyeu de roue. le jeu de direction, le jeu du pédalier et le jeu de direction

 

6 Le danger du vélo électrique

 

Il existe deux catégories de vélos électriques, soit ceux dont l'assistance du moteur contribue à l'effort jusqu'à une vitesse de 25 [km/h] et ceux qui ont une assistance au pédalage jusqu'à une vitesse de 45 [km/h]. La seconde catégorie doit être immatriculée comme un vélomoteur et nécessite un permis de conduire et le port du casque. La batterie doit être préservée des températures négatives ( -20C° = dégâts) et stockée à 75% de charge en cas de non-utilisation.

 

7 L'éclairage

 

En Suisse, les deux catégories de vélos électriques doivent être équipées d'un éclairage, même de jour.

 

8 Le nettoyage

 

Nettoyer les jantes et les roues, dégraisser le dérailleur, la chaîne, le plateau et la cassette. Eventuellement au moyen d'un spray pour nettoyage de vélo "Motorex".

 

9 Le kit de dépannage

 

Prévoir des rustines, de la colle, un outil multi-fonction et de quoi gonfler les pneus

 

10 le casque et l'équipement vélo

 

Choisir une casque à sa taille, avec ou sans lumières. Il existe des Dashcam avant-arrière pour vélos qui permettent de faire un enregistrement vidéo en continu.

 

10 Remerciements

 

Notre président remercie Chaleureusement Messieurs Burri et Huguenin pour cette conférence fort intéressante pour la préparation de nos vélos pour la saison estivale 2022.

 

   
   

Présentation de la société SYVACO

 

SYVACO, une société en plein essor

En effet, ce soir 14 octobre 2021 nous recevons Monsieur Jean-Luc Voria, Directeur de la société genevoise SYVACO spécialisée dans le traitement de surface par déposition sous vide, dont le nom est formé de la contraction des mots anglais "SYstem VAcuum COating". Partenaire de prestigieuses manufactures horlogères, SYVACO met de la couleur sur les composants horlogers. C'est donc avec un grand intérêt que nos membres sont venus assister à cette conférence fort intéressante proposée par notre ancien Président.

 

Cette présentation est d'autant plus appréciée qu'en raison des restrictions liées à l'épidémie de covid, beaucoup d'événements ont été annulés en 2021.

 

IMG 6616

 

Née en 2006 à Vernier, la société Syvaco est spécialisée dans les traitements sous vide à base de carbone. Elle fusionne en 2013 avec l'entreprise Surcotec à Plan-les-Ouates spécialisée dans les traitements sous vide et l'analyse des matériaux formant le groupe SYVACO-SURCOTEC.

Raison pour laquelle le groupe se répartit sur deux sites, soit SURCOTEC à Plan-les-Ouates et SYVACO à Vernier.

 Diapositive 03

 

Les domaines d'activités sont très variés et dans le cas de l'horlogerie, ce sont autant les composants du mouvement que les composants de l'habillement qui sont revêtus d'une couche protectrice colorée aux propriétés physiques intéressantes, tels qu'une dureté élevée. résistance à l'usure, résistance chimique et faible coefficient de frottement.

Diapositive 04

 

Au moyen d'un diaporama, Monsieur Voria nous explique ici tous les détails techniques de la déposition sous vide des revêtements PVD et CVD. Etant donné que Monsieur Voria a eu la gentillesse de me transmettre ce document, nous avons la chance de pouvoir le consulter à volonté sur notre site internet.

Diapositive 06

 Une nouveauté présentée par Monsieur Voria est la technologie hybride PVD/CVD

Diapositive 07

 Sans ce diapositive, j'aurais été bien emprunté pour vous expliquer ce qu'est l'évaporation sous vide

Diapositive 08

ou encore comment réaliser une pulvérisation cathodique

Diapositive 10

 Voici un exemple de matériaux utilisés pour réaliser les dépôts sous vide, soit TiN, CrN, WC, TiAlN, ZrN et A-DLC

Diapositive 11

En coupe, la couche de revêtement ressemble à ceci

Diapositive 12

 Le revêtement hybride PVD-PECVD allie esthétique et des propriétés physiques exceptionnelles

Diapositive 13

Voici quelques exemples d'applications

Diapositive 15

Voici un autre type de revêtement, l'ALD, soit "Atomic Layer Deposition"

Diapositive 16

Les avantages du revêtement ALD sont les suivants

Diapositive 17

 On voit que la superposition de diverses couches permet d'obtenir une grande variété de revêtements

Diapositive 18

 Monsieur Voria insiste sur l'importance de la préparation des surfaces avant la déposition sous vide

Diapositive 20

Ici, nous avons un aperçu des machines utilisées pour réaliser les dépôts sous vide

Diapositive 20

Et, un petit aperçu de couleurs obtenues par dépôt sous vide

Diapositive 21

Et, pour conclure un résumé des avantages des revêtements déposés sous vide

Diapositive 22

 En remerciement pour cette conférence extrêmement technique et passionante, notre Président Lukas Gisler remet un stylo Caran D'Ache à notre orateur sous une salve d'applaudissements.

 IMG 6614

Nos membres observent avec intérêts les échantillons apportés par Monsieur Voria

IMG 6618

 

Monsieur Voria se prête volontiers à la discussion avec nos membres

IMG 6619

 

A titre personnel, je remercie Monsieur Voria de m'avoir transmis son Diaporama sans lequel je n'aurais pas réussi à réunir toutes ses explications dans cet article.

 

Lien sur le site officiel de la société http://www.syvaco.ch/

Texte de Christophe Lyner, images de Monsieur Jean-Luc Voria et Christophe Lyner

 

La gravière de Montfleury (GESA)

 

Une énorme surprise

 

Il n'y a pas d'autres mots pour décrire ce que nous avons découvert ce jeudi 16 septembre 2021 dans cette gigantesque et discrète gravière verniolane, En effet, nous sommes tous déjà passé à côté de GESA sans nous douter de l'importance de cette entreprise et de ses infrastructures. Pourtant, Monsieur Nicolas Di Padova, fondateur de cette entreprise florissante ne demande qu'à la montrer et à la faire connaître. En effet, cette gravière reprise à la société Holcim en 2001 a un rôle très important à jouer dans la construction civile à Genève et elle possède de véritables atouts économiques et écologiques comme nous l'expliquera Monsieur Di Padova.

 

Un accueil chaleureux et un discours passionnant

 

Secondé par sa charmante collaboratrice et Monsieur Christian Gothuay, Monsieur Di Padova nous a offert un copieux apéritif de bienvenue avant de nous présenter sa société. Il nous a conduit lui-même dans un confortable bus au fond du "trou" et à travers les installations techniques tout en nous expliquant leurs fonctions, Nous avons appris énormément de choses et surtout que le recyclage et la fabrication du béton est un art qui demande de grosses infrastructures et de solides connaissances de mécanique et de chimie. D'ailleurs, j'aurais bien de la difficulté à citer toutes les sortes de bétons et graviers qu'il nous a longuement présentés, ainsi que tous les chiffres qu'il nous a donné. J'ai surtout retenu qu'ici tout est énorme.

 

Voici quelques échantillons de graviers issus du recyclage de matériaux de construction

IMG 6510

Et, différentes sortes de béton

IMG 6511

 

Histoire de la société GESA

 

Fondée en 1965, la société compte environ 40 employés en partenariat avec la société Gestrag qui se charge des travaux de génie civil et de terrassement. Ce sont 750'000 tonnes de gravier à béton qui sont produits annuellement sur ce site qui représente un investissement financier de 60 millions de francs hors terrain. Le gisement de gravier est un dépôt géologique âgé de 30'000 ans dont l'extraction se fait aujourd'hui dans un trou d'une profondeur de 60 mètres.

 

Cependant, Monsieur Di Padova nous confie malicieusement que ce n'est pas le gisement qui est le plus rentable, mais bien le trou lui-même. En effet, le recyclage du béton permet de revaloriser environ 70% de la masse et les 30% restants sont stabilisés, puis enfouis sur place. En autodidacte, Monsieur Di Padova a imaginé une grande partie des machines qui concassent, broient, lavent, recyclent des tonnes de matériaux. L'une de ces machines dont le brevet lui assure l'exclusivité mondiale du recyclage des revêtements routiers permet de récupérer environ 95% de gravier et 5% de bitume.

 

Ce n'est donc pas sans amertume que Monsieur Di Padova observe une concurrence transfrontalière pour l'élimination des déchets de chantiers sans  solution de recyclage avec en sus un ballet de camions source de nuisances et d'émissions de gaz carbonique alors que tout compte fait sa société offre des solutions plus écologiques et plus économiques si l'on tient compte du transport.

 

Les activités de la société GESA

 

Les activités sur la gravière se classent en production de matériaux (gravier, sable, etc) pour la fabrication du béton, la valorisation de ces matériaux et le recyclage de chantiers de démolition.Toutes les opérations de concassage, lavage, tri, tamisage, stabilisation à la chaux sont effectuées sur place au moyen d'énormes machines. Certaines machines sont fixes, alors que d'autres sont mobiles et se déplacent sur d'immenses chenilles.

 

A elle seule la cribleuse qui prépare les matériaux de déblai au lavage pèse 160 tonnes. Alors que le concasseur qui trie, gravier, bois, papier et plastique ne pèse que 120 tonnes. D'autres machines gigantesques sont disposées sur tout le site comme par exemple une  centrale à béton qui produit du béton tout frais à partir des matériaux recyclés sur place. Quand aux "farines", soit les boues résiduelles du lavage, elles sont chauffées à haute température pour la production de ciment.

 

Les atouts économiques et écologiques de cette gravière

 

Le principal atout de cette gravière est sa proximité des grands chantiers genevois comme le nouveau quartier de l'étang à Vernier qui utilise 100% de béton recyclé ou encore le projet du quartier de l'ancienne caserne des Vernets. Cela réduit considérablement la longueur des trajets des camions et par conséquent la pollution qu'ils génèrent. Le gisement de gravier et les matériaux recyclés permettent de construire avec du béton local alors que l'approvisionnement en gravier importé est devenu problématique.

 

La gravière offre une première solution d'approvisionnement en matériaux et une seconde solution pour l'élimination des déchets de construction par une revalorisation de ceux-ci. A noter qu'en plus de réduire les trajets, cette gravière a l'avantage d'être connectée au chemin de fer et donc d'offrir la possibilité d'un transport par le rail.

D'autres aspect écologiques comme le recyclage de l'eau utilisée pour le lavage des gravats ne sont pas négligeables lorsqu'on sait qu'il faut 3 m d'eau pour laver 1 m3 de matériaux. Ainsi, le recyclage de cette eau à 94% a le mérite d'économiser l'eau claire avec une perte de 6% seulement.

 

La partie la plus "FUN", la visite du site

 

Vu le nombre élevé de participants, nous avons été répartis en deux groupes pour la visite de la gravière. Les images parlent d'elles-même. Malgré la pluie et l'heure tardive, les employés sont restés tard ce soir là pour faire tourner toutes les installations. Voici un petit aperçu de la visite par ordre chronologique, en commençant par une visite à pied des installations de concassage - lavage et du laboratoire proches des locaux administratifs.

  IMG 6494 
  IMG 6496   IMG 6503
 IMG 6509

Puis, nous nous déplaçons vers les équipements plus éloignés à bord du confortable bus conduit par Monsieur Di Padova qui nous abreuve de nombreuses explications sur les gigantesques machines que nous apercevons pendant tout le trajet.

   
IMG 6515 IMG 6517
IMG 6519

 

C'est ici que Monsieur Di Padova nous réserve une belle surprise avec cette excavatrice Caterpillar 390F L, d'un poids à vide de 86 tonnes, une puissance de 532 chevaux et un godet de la taille et la délicatesse des mouvements de la main de King-Kong. Nous sommes nombreux à être montés dans la cabine en compagnie d'un aimable grutier qui nous a patiemment expliqué les fonctions des différentes mannettes. C'est une expérience absolument grisante de déplacer cet énorme bras et de soulever plusieurs tonnes de gravier sans effort. C'était sans doute la partie la plus "FUN" de cette visite.

IMG 6524
IMG 6525 IMG 6586
IMG 6587 IMG 6588

Puis, la visite nous mène à travers d'énormes installations de filtration de l'eau pour en récupérer la "farine", alors que d'autres machines trient les graviers en fonction de leur taille.

IMG 6595 IMG 6598
IMG 6600 IMG 6599
IMG 6603
IMG 6602 IMG 6604

 

Nos remerciements

 

Nous voici tous réunis à la fin de cette visite pour boire un dernier verre avec de nombreux membres de la Direction de GESA et Gestrag dans une ambiance tellement fraternelle que nous avons l'impression d'avoir été accueillis dans une grande famille. Notre président Lukas Gisler remercie chaleureusement Monsieur Di Padova et ses collaborateurs pour cette visite exceptionnelle et son accueil fort amical.

IMG 6607
IMG 6608 IMG 6609

 

Lien sur le site officiel de la société www.gravieres.ch

Texte et photos de Christophe Lyner

 

Les météorites

Provenance, matières et lieux où l'on trouve des météorites par M. Edwin Gnos

 

Ce merdredi 16 octobre 2019, nous avons le plaisir d'acueillir Monsieur Edwin Gnos, conservateur au musée d'histoire naturelle de Genève au département minéralogie et pétrographie. Monsieur Gnos est éditeur du "Swiss journal of geosciences" et professeur en minéralogie à l'université de Genève. Il se consacre à la recherche active dans le domaine des météorites, des minéraux en général et la datation de ceux-ci par des techniques non-destructives.

C'est avec une grande modestie que Monsieur Gnos nous a donné une conférence passionante et tellement riche en informations qu'il m'a été impossible de tout noter. Pour commencer, Monsieur Gnos nous précise qu'une météorite est un objet solide d'origine extra-terrestre qui n'a pas perdu toute sa masse lors de la traversée de l'atmosphère terrestre. La majorité des météorites proviennent d'astéroïdes, mais il peut également s'agir d'une roche lunaire ou martienne éjectée lors d'un impact.

Plus de 90% de la masse des météorites se consume entre 19 et 31 km d'altitude. Par exemple, une météorites de 35 [cm] sur terre mesurait entre 1.5 et 2 [m] et pesait près de 12 tonnes avant son entrée dans l'atmosphère à une vitesse de 20 [km/s]. A moins de disposer d'une observation visuelle de la chute sous forme d'étoile filante ou de la formation d'un cratère en raison de la chute d'une énorme météorite, il est difficile des les trouver. En revanche, dans le sable des déserts ou la suface blanche de la glace, celles-ci sont plus facilement repérable. C'est pour cette raison que Monsieur Gnos a participé à des expéditions dans le désert du "Rub Al-Khali" car c'est là que furent découverts en 1932 les cratères de Wabar formés de sable fondu en roche lors de l'impact d'une météorite qui s'est divisée en plusieurs morceaux.

 

Les météorites sont classifiées en 3 types

  • Les pierreuses (92% des météorites)
  • Les métalliques (6% des météorites)
  • Les métallo-pierreuses (2% des météorites)

Parmi les météorites pierreuses, on distingue principalement les

  • Les "Chondrites"
  • les "Achondrites"

Selon leur constitution de petites billes nommées "Chondres" ou pas.

Parmi les météorites métalliques, appelées aussi "Sidérites" on compte

  • Les "Octaédrites"
  • Les "Ataxites"
  • Les "Hexaédrites"

Celles-ci sont constituées principalement de fer et de nickel pour les deux premières.

Parmi les metallo-pierreuses, il existe principalement

  • Les "pallasites"
  • Les "Mésosidérites"

Ces météorites plus rares sont un méllange de roche et de métal.

 

Les météorites sont recensées par la "Meteorical Society" qui rassemble les informations connues dans sa base de données accessible sur internet  https://www.lpi.usra.edu/meteor/

 

Annuellement, il tombe en Suisse environ 2 météorites représentant une masse totale de près de 10 [g]. La météorite la plus célèbre est probablement un objet de 10 [km] de diamètre qui a formé l'énorme cratère de Chicxulub dans le Yucatan au Mexique et provoqué l'extinction des dinosaures il y a 65 millions d'années.

 

Monsieur Gnos nous a captivé par ses récits sur les nombreuses découvertes de météorites parfois très anciennes et dont les plus grosses ont boulversé la vie sur terre et il laisse la parole à Monsieur Florian Preziuso pour le second volet de la conférence.

 

 

Utilisation et usinage des météorites par M. Florian Preziuso

 

Ce soir, Monsieur Florian Preziuso, horloger genevois et membre de notre société nous parle de sa passion pour ces objets fascinants que sont les météorites et de leur utilisation dans l'horlogerie. Fils du célèbre horloger Antoine Preziuso, il partage son enthousiasme pour l'utilisation des météorites à travers les âges. Après la présentation très scientifique de Monsieur Gnos, c'est avec un regard pétillant que Florian nous parle de ses créations horlogères au goût extra-terrestre.

 

 

Pour commencer, Florian nous rapelle que le fer n'existe que sous sa forme oxydée sur terre, ce qui n'est pas le cas de celui contenu dans les météorites métalliques. Il semble que les Inuits aient été parmis les premiers à utiliser des météorites métalliques pour fabriquer des outils ou des talismans, mais le poignard retrouvé dans le tombeau de Toutankhamon en Egypte ou la grande pierre noire de la mecque sont également d'origine météoritique.

 

Cette fascination pour les météorites a conduit Florian à réaliser des montres uniques façonnées dans ces matériaux mystérieux. L'image ci-dessous est une "chute" d'une tranche de météorite dans laquelle ont été découpées des carrures par électro-érosion. Les autres moyens d'usinage utilisés étant le jet d'eau ou le fraisage, suivis d'une protection galvanique pour assurer une protection contre la rouille, après une attaque chimique et un polissage de la surface. Les aiguilles sont réalisées en fer bleui après laminage d'un fragment de météorite.

 

 

Il en résulte un chef d'oeuvre, une pièce unique, comme celle de l'image ci-dessous (tirée du site internet www.antoine-preziuso.com) avec le gravage du nom de la météorite GIBEON ayant servi à sa fabrication.

 

Les fragments de la météorite GIBEON tombée en Namibie, pesant initialement 26 tonnes, sont utilisés localement depuis plusieurs siècles pour fabriquer des pointes de flèches et des outils. Les horlogers utilisent également des fragments de CAMPO DEL CIELLO, une météorite de plus de 100 tonnes tombée en argentine il y a plus de 4000 ans et dont le plus gros morceau pèse 37 tonnes.Ou encore la météorite métallique MUONIOLUSTA de 4.7 [kg] tombée en suède il y a environ 110'000 ans et dont la structure cristaline dessine de jolis motifs parfaits pour la réalisation de cadrans de montre. Florian mentionne encore une météorite pesant 200 à 300 tonnes lors de son entrée dans l'atmosphère le 12 févier 1947 à SIKHOTE-ALINE en Sibérie, et observée par de nombreux témoins. Plus de 70 tonnes de métal ont atteint le sol formant plusieurs cratères et l'impact a laissé des fragments de météorites plantés dans les troncs d'arbres alentours.

 

Les échantillons apportés par nos orateurs ont suscité beaucoup d'intérêt et d'enthousiasme parmis les 40 auditeurs présents ce soir là.

 

Les remerciements

 

Notre vice-président remercie chaleureusement Messieurs Gnos et Preziuso pour cette conférence doublement intéressante puisque présentée par un éminent scientifique et spécialiste du domaine des météorites et le maître horloger qui les transforme en garde-temps d'exception avec passion.

 

 

 

Et voici encore quelques photos

 
   
   

 Texte et photos de Christophe Lyner