Les météorites

Provenance, matières et lieux où l'on trouve des météorites par M. Edwin Gnos

 

Ce merdredi 16 octobre 2019, nous avons le plaisir d'acueillir Monsieur Edwin Gnos, conservateur au musée d'histoire naturelle de Genève au département minéralogie et pétrographie. Monsieur Gnos est éditeur du "Swiss journal of geosciences" et professeur en minéralogie à l'université de Genève. Il se consacre à la recherche active dans le domaine des météorites, des minéraux en général et la datation de ceux-ci par des techniques non-destructives.

C'est avec une grande modestie que Monsieur Gnos nous a donné une conférence passionante et tellement riche en informations qu'il m'a été impossible de tout noter. Pour commencer, Monsieur Gnos nous précise qu'une météorite est un objet solide d'origine extra-terrestre qui n'a pas perdu toute sa masse lors de la traversée de l'atmosphère terrestre. La majorité des météorites proviennent d'astéroïdes, mais il peut également s'agir d'une roche lunaire ou martienne éjectée lors d'un impact.

Plus de 90% de la masse des météorites se consume entre 19 et 31 km d'altitude. Par exemple, une météorites de 35 [cm] sur terre mesurait entre 1.5 et 2 [m] et pesait près de 12 tonnes avant son entrée dans l'atmosphère à une vitesse de 20 [km/s]. A moins de disposer d'une observation visuelle de la chute sous forme d'étoile filante ou de la formation d'un cratère en raison de la chute d'une énorme météorite, il est difficile des les trouver. En revanche, dans le sable des déserts ou la suface blanche de la glace, celles-ci sont plus facilement repérable. C'est pour cette raison que Monsieur Gnos a participé à des expéditions dans le désert du "Rub Al-Khali" car c'est là que furent découverts en 1932 les cratères de Wabar formés de sable fondu en roche lors de l'impact d'une météorite qui s'est divisée en plusieurs morceaux.

 

Les météorites sont classifiées en 3 types

  • Les pierreuses (92% des météorites)
  • Les métalliques (6% des météorites)
  • Les métallo-pierreuses (2% des météorites)

Parmi les météorites pierreuses, on distingue principalement les

  • Les "Chondrites"
  • les "Achondrites"

Selon leur constitution de petites billes nommées "Chondres" ou pas.

Parmi les météorites métalliques, appelées aussi "Sidérites" on compte

  • Les "Octaédrites"
  • Les "Ataxites"
  • Les "Hexaédrites"

Celles-ci sont constituées principalement de fer et de nickel pour les deux premières.

Parmi les metallo-pierreuses, il existe principalement

  • Les "pallasites"
  • Les "Mésosidérites"

Ces météorites plus rares sont un méllange de roche et de métal.

 

Les météorites sont recensées par la "Meteorical Society" qui rassemble les informations connues dans sa base de données accessible sur internet  https://www.lpi.usra.edu/meteor/

 

Annuellement, il tombe en Suisse environ 2 météorites représentant une masse totale de près de 10 [g]. La météorite la plus célèbre est probablement un objet de 10 [km] de diamètre qui a formé l'énorme cratère de Chicxulub dans le Yucatan au Mexique et provoqué l'extinction des dinosaures il y a 65 millions d'années.

 

Monsieur Gnos nous a captivé par ses récits sur les nombreuses découvertes de météorites parfois très anciennes et dont les plus grosses ont boulversé la vie sur terre et il laisse la parole à Monsieur Florian Preziuso pour le second volet de la conférence.

 

 

Utilisation et usinage des météorites par M. Florian Preziuso

 

Ce soir, Monsieur Florian Preziuso, horloger genevois et membre de notre société nous parle de sa passion pour ces objets fascinants que sont les météorites et de leur utilisation dans l'horlogerie. Fils du célèbre horloger Antoine Preziuso, il partage son enthousiasme pour l'utilisation des météorites à travers les âges. Après la présentation très scientifique de Monsieur Gnos, c'est avec un regard pétillant que Florian nous parle de ses créations horlogères au goût extra-terrestre.

 

 

Pour commencer, Florian nous rapelle que le fer n'existe que sous sa forme oxydée sur terre, ce qui n'est pas le cas de celui contenu dans les météorites métalliques. Il semble que les Inuits aient été parmis les premiers à utiliser des météorites métalliques pour fabriquer des outils ou des talismans, mais le poignard retrouvé dans le tombeau de Toutankhamon en Egypte ou la grande pierre noire de la mecque sont également d'origine météoritique.

 

Cette fascination pour les météorites a conduit Florian à réaliser des montres uniques façonnées dans ces matériaux mystérieux. L'image ci-dessous est une "chute" d'une tranche de météorite dans laquelle ont été découpées des carrures par électro-érosion. Les autres moyens d'usinage utilisés étant le jet d'eau ou le fraisage, suivis d'une protection galvanique pour assurer une protection contre la rouille, après une attaque chimique et un polissage de la surface. Les aiguilles sont réalisées en fer bleui après laminage d'un fragment de météorite.

 

 

Il en résulte un chef d'oeuvre, une pièce unique, comme celle de l'image ci-dessous (tirée du site internet www.antoine-preziuso.com) avec le gravage du nom de la météorite GIBEON ayant servi à sa fabrication.

 

Les fragments de la météorite GIBEON tombée en Namibie, pesant initialement 26 tonnes, sont utilisés localement depuis plusieurs siècles pour fabriquer des pointes de flèches et des outils. Les horlogers utilisent également des fragments de CAMPO DEL CIELLO, une météorite de plus de 100 tonnes tombée en argentine il y a plus de 4000 ans et dont le plus gros morceau pèse 37 tonnes.Ou encore la météorite métallique MUONIOLUSTA de 4.7 [kg] tombée en suède il y a environ 110'000 ans et dont la structure cristaline dessine de jolis motifs parfaits pour la réalisation de cadrans de montre. Florian mentionne encore une météorite pesant 200 à 300 tonnes lors de son entrée dans l'atmosphère le 12 févier 1947 à SIKHOTE-ALINE en Sibérie, et observée par de nombreux témoins. Plus de 70 tonnes de métal ont atteint le sol formant plusieurs cratères et l'impact a laissé des fragments de météorites plantés dans les troncs d'arbres alentours.

 

Les échantillons apportés par nos orateurs ont suscité beaucoup d'intérêt et d'enthousiasme parmis les 40 auditeurs présents ce soir là.

 

Les remerciements

 

Notre vice-président remercie chaleureusement Messieurs Gnos et Preziuso pour cette conférence doublement intéressante puisque présentée par un éminent scientifique et spécialiste du domaine des météorites et le maître horloger qui les transforme en garde-temps d'exception avec passion.

 

 

 

Et voici encore quelques photos

 
   
   

 Texte et photos de Christophe Lyner